Psychologie et réseaux sociaux
Bernard Stiegler, Philosophe, Directeur

Directeur de l'Institut de Recherche et d'Innovation. Philosophe et docteur de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales. Il a été directeur de recherche au Collège international de philosophie, professeur à l'UTC (Université de Compiègne), directeur de l'unité de recherche Connaissances, Organisations et Systèmes Techniques, qu’il y a fondé en 1993, puis directeur général adjoint de l'Institut National de l'Audiovisuel (INA), directeur de l’IRCAM (Institut de Recherche et de Coordination Acoustique/Musique), directeur du Département du développement culturel au Centre Pompidou.

Il est l'auteur de :

  • La Technique et le Temps, ouvrage en cinq volumes dont trois sont parus aux éditions Galilée, 1994 – 2001
  • Passer à l'acte , Editions Galilée , juin 2003
  • Aimer, s'aimer, nous aimer. Du 11 septembre au 21 avril, Editions Galilée, octobre 2003
  • De la misère symbolique. 1. L’époque hyperindustrielle, Editions Galilée , mars 2004
  • Philosopher par accident . Entretiens avec Elie During, Editions Galilée, avril 2004
  • Mécréance et discrédit. 1. La décadence des démocraties industrielle, Editions Galilée, novembre 2004
  • De la misère symbolique. 2. La catastrophe du sensible, Editions Galilée, avril 2005
  • Constituer l'Europe. 1. Dans un monde sans vergogne, 2. Le motif européen, Editions Galilée, septembre 2005
  • Mécréance et discrédit. 2. Les sociétés incontrôlables d’individus désaffectés, 3. L’esprit perdu du capitalisme, Editions Galilée, mars 2006
  • Des pieds et des mains, Editions Bayard, mars 2006
  • Réenchanter le monde, Editions Flammarion, 2006
  • La télécratie conte la démocratie, Lettre ouverte aux représentants politiques, Editions Flammarion, octobre 2006.
  • Réenchanter le monde. La valeur esprit contre le populisme industriel (octobre 2006)
  • Prendre Soin. De la jeunesse et des générations, Flammarion, 2007
  • Economie de l’hypermatéirel et psychopouvoir, Mille et une nuits, 2007
  •  

    Le recueil d’entretiens Philosopher par accident (avril 2004) est une introduction à sa pensée. Ces ouvrages ont été traduits en anglais, en chinois, en japonais, en néerlandais, en italien, en espagnol, en portugais et en allemand. Bernard Stiegler a par ailleurs publié plus d’une centaine d’articles dans des revues du monde entier, et il intervient régulièrement dans de nombreuses universités étrangères. Il a été rapporteur pour la commission européenne, le gouvernement français et l’Unesco. Bernard Stiegler a été également concepteur et commissaire de l’exposition Mémoires du futur, présentée au Centre Pompidou en 1987. Il a mené de nombreux projets de développement logiciel dans les domaines du texte de l’image et du son, et plus généralement, dans les technologies cognitives. Ses travaux les plus récents sont consacrés à l’élaboration d’une théorie du fait noétique, avec le concept d’hypomnésis, et d’une théorie du fait esthétique appelé « organologie générale », en articulation étroite avec les pratiques artistiques et culturelles, avec les évolutions technologiques et industrielles, et avec la théorie générale de l’individuation qu’il reformule à partir de Simondon. Il a fondé l’association Ars Industrialis en juin 2005 avec Georges Collins, Marc Crépon, Catherine Perret et Caroline Stiegler.

Antoine Masson, Professeur, Centre Chapelle-aux-Champs à Bruxelles, Universités de Louvain et Namur
Né en 1958, Antoine Masson est psychiatre depuis 1989. Il est psychanalyste, a une formation à la philosophie et un intérêt pour la poésie. Sa thèse de doctorat, « Pour une clinique de l’événement adolescent » définit l’arche adolescente comme une initiation à l’événementialité, établit une analogie entre l’acte clinique et l’acte poétique. Clinicien, il est responsable d’un département pour adolescents à Bruxelles et du dispositif de groupe pour adolescents sur internet www.passado.be; il est formateur aux cliniques psychanalytiques. Il enseigne en Faculté de Philosophie et Lettres les problématiques psychologiques, l’anthropologie philosophique, les sciences du langage et questions d’inter- et transdisciplinarité philosophie, clinique, littérature ; à l’École de criminologie, la psychiatrie et les perspectives psychanalytiques. Il coordonne le Groupe Belge des Cliniques de la création. Il a publié de nombreux articles dont : Les fabriques du surcroît, PUN, 2007 Retour vers la rupture afin d’être “soi-même”, emporté, Du saisissement aveugle à la vision subjective, de et par soi-même, in Revue « Adolescence » nº46 et 51, Trouée adolescente, Clinique et poésie, in Revue « Compar(a)ison », nº2 sur André du Bouchet, 1999 Il a contribué à des ouvrages collectifs dont : La poésie à l’épreuve du “moment adolescent”, in « Cliniques de la création », de Boeck, 2007 Du tomber en responsabilité à l’advenir responsable, in « Responsabilité et responsabilisation », Larcier, 2006 Résistance de l’instant qui naît, construction subjective du présent, in « Résistances au sujet-Résistances » du sujet, PUN, 2004. http://www.fundp.ac.be/universite/personnes/page_view/01005904/
Elizabeth Rossé, Psychologue
Docteur en psychologie sociale ; son sujet de thèse porte sur les consommations de drogues en milieu festif fédéré par la musique chez les adolescents. Une réflexion qui aborde ces phénomènes non sous l’angle pathologique mais dans une compréhension des processus de subjectivation dans les sociétés modernes. Psychologue au centre médical Marmottan sur le pôle consultation « recours » destiné aux personnes présentant des addictions aux jeux d’argent et de hasard et à celles qui souffrent de « cyber-dépendances » (essentiellement joueurs de jeux vidéo en ligne et « accrocs » aux sites pornographiques). Responsable de la consultation jeunes consommateurs, cannabis et autres substances psychotropes à Marmottan. Chargée de travaux dirigés à l’Université Paris 5 en psychologie pour un module de recherche intitulé jeu et addiction. Le jeu pathologique, Revue « Avec », Paris, 2008 Pour une prise en charge globale des dépendances, In « Huerre P. », avec Valleur, Marty, F. Alcool et adolescence, jeunes en quête d’ivresse, Paris, Albin Michel, 2007, pp.346-359 Préférences musicales et procédés identitaires chez les jeunes ; exemple des cultures gothique et hip-hop, avec C. Lafforêt, In « Vinsonneau » Contextes pluriculturels et identités. Recherches actuelles en psychologie, Paris, Sides, 2005, pp. 185-215
Anthropologie et réseaux sociaux
Dominique Pasquier, Directrice de recherche au CNRS
Dominique Pasquier est sociologue, directrice de recherche au CNRS et membre du Centre d'Etudes des Mouvements Sociaux - Institut Marcel Mauss/Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales - . Ses recherches portent sur la sociologie de la culture et des médias. Après une série de travaux consacrés à l'analyse des professionnels de la télévision, ses recherches ont porté sur la réception de la fiction télévisuelle et la constitution des publics médiatiques. Elle travaille actuellement sur l'articulation entre les pratiques de sociabilité, les pratiques de communication à distance et les pratiques culturelles. Drôles de stars, la télévision des animateurs, Paris Aubier 1990, avec Chalvon-Demersay S. Les scénaristes et la télévision, approche sociologique, Paris, Nathan, 1995 La Culture des sentiments. L'expérience télévisuelle des adolescents, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l'Homme, 1999 Les Sens du public : Publics politiques, publics médiatiques, avec Cefaï Daniel, Paris, Presses Universitaires de France, collection CURAPP, 2003 Cultures lycéennes: la tyrannie de la majorité, Paris Editions Autrement, 2005
Dana Diminescu , Institut TELECOM
Enseignant chercheur à l’Ecole d’Ingénieur Télécom Paritech / Directrice scientifique du programme « TIC Migrations » de la FMSH Paris / Vice-présidente de la commission « Technologies et intelligence coopératives » du pôle de compétitivité Cap Digital / Expert dans le groupe Digital Literacy (Communication & e-Inclusion) pour la Commission Européenne / Co-responsable du volet Ecologie sociale de la chaire TIC & Développement Durable du GET. Le passage par l’écran : ou l’émergence de nouvelles frontières, in Actes du colloque « Les frontières de l’Europe », Editions Universitatii, Bucarest, pp 263-274 L’usage du téléphone portable par les migrants en situations précaire, in « Hommes et Migrations », n°1240, 2002, pp. 66-81 Genèse d’une figure de migrant, in Cosmopolitiques n°11/2006, Editions Apogée, Paris, 2006, pp. 63-73 Le migrant connecté : pour un manifeste épistémologique, in Migrations Société, vol.XVII, n°102, novembre-décembre 2005, pp. 275-293
Richard Harper, Principal researcher
Richard Harper est directeur de recherche au centre de Recherche Microsoft à Cambridge. Il a publié pas moins de 90 papiers, détient un grand nombre de brevets et est sur le point de publier son dixième livre, Texture : Communication au 20ème siècle (MIT Press). Parmi ses livres antérieurs est la récompense d’IEEE gagnant Le Mythe du bureau sans papier (MIT Press, 2002), co-écrit avec Abi Sellen. Avant de rejoindre MSR, Richard Harper fut directeur de diverses compagnies innovantes en technologie, y compris « The Appliance Studio » et la « Social Shaping Research ». En 2000, il a été le premier à être nommé professeur des Systèmes Socio-numériques de l’Université de Surrey (Angleterre), où il créa le Centre Mondial de la recherche numérique. Il obtient son doctorat en 1989 à Manchester avant de rejoindre l’EuroParc de Xerox en 1992. Il vit à Cambridge avec sa femme et leurs 3 enfants. http://research.microsoft.com/~r.harper/
Economie et réseaux sociaux
Michel Gensollen,
Michel Gensollen a dirigé de 1991 à 2000 le Service d'Études Économiques à la Direction du Plan et de la Stratégie de France Télécom. Ses travaux ont porté principalement sur l'économie des réseaux, la régulation des services publics - L'économie des télécommunications : ouverture et réglementation, Economica, 1992, avec Nicolas Curien -et l'analyse des communications médiatées - La communication plurielle : l'interaction dans les téléconférences, La Documentation Française, 1992, avec Pascal Perin. Chercheur associé au département Sciences Économiques et Sociales de Télécom Paris depuis 2001, ses publications récentes - disponibles sur www.gensollen.net - portent sur l'économie d'Internet et des médias ainsi que sur les nouveaux modes d'organisation des marchés, finals et intermédiaires. Il a été responsable (2002-2004) du projet L'économie des communautés médiatées du Programme Interdisciplinaire CNRS « Société de l'Information ». Il a coordonné le numéro spécial de la Revue d'Économie Politique, paru en mars 2004, sur « Marchés en ligne et communautés d'agents ». Vers une propriété virtuelle ? L'économie réelle des univers persistants in « Culture d'univers : Jeux en réseau, mondes virtuels, le nouvel âge de la société numérique », Frank Beau, FYP éditions, Paris 2007 Des réseaux aux communautés : la transformation des marchés et des hiérarchies, in « Communautés virtuelles : penser et agir en réseau ». Serge Proulx, Louise Poissant & Michel Sénécal, Presses de l'Université Laval, Montréal, 2006 L’impact d'Internet et des Technologies de l’Information et de la Communication sur l’industrie de la musique enregistrée, in « Revue d'Économie Industrielle », avec Marc Bourreau, N°116, 4ème trimestre 2006, pp.31-70 La culture entre économie et écologie : l'exemple des communautés en ligne, in « Création et diversité au miroir des industries culturelles » (Actes des journées d'économie de la culture, janvier 2006), Xavier Greffe. La Documentation Française, Paris 2006, pp. 285-312. Les communautés en ligne : échanges de fichiers, partage d'expériences et participation virtuelle, « ESPRIT », N°324, mai 2006, p. 179-194
Bernard Benhamou, Délégué aux Usages de l'Internet
Délégué aux Usages de l'Internet auprès de la Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Bernard Benhamou a été le conseiller de la Délégation Française au, Sommet des Nations Unies pour la Société de l'Information ainsi que le responsable de la Mission : « Internet, École et Famille », auprès du Ministre de l’Enseignement Scolaire et du Ministère, délégué à la Famille. Il est l'auteur du rapport « Le Projet, Proxima : Pour une appropriation de l'Internet à l'École et dans les Familles.». Il a enfin été le concepteur de « Passeport pour le, Cybermonde » première exposition entièrement en réseau à la Cité, des Sciences et de l’Industrie (en 1997). Parutions dans le domaine des technologies de l'information : Internet et l’échange gratuit : quelle place dans la société de l’information ? Conférence au Collège de France, Revue « Problèmes économiques », N°2939 janvier 2008 http://www.netgouvernance.org/internet-college-de-france.pdf Les Nouveaux Enjeux de la Gouvernance de l’Internet, « Regards sur l'actualité », Documentation Française, n.327 Janvier 2007 http://www.netgouvernance.org/REGARDS-ACTUALITE.PDF Internet et Souveraineté : La gouvernance de la Société de l’Information (co-écrit avec Laurent Sorbier), Revue « Politique Étrangère », IFRI, Septembre 2006 http://www.netgouvernance.org/politiqueetrangere.pdf Organiser l'architecture de l'Internet, Revue « Esprit », mai 2006 http://www.netgouvernance.org/ArchitectureEsprit.pdf
Enjeux technologiques et industriels des réseaux sociaux et du Web collaboratif
Olivier Auber, Directeur
Olivier Auber est un chercheur et entrepreneur indépendant, fondateur de plusieurs sociétés. Il anime depuis 1997 le Laboratoire Culturel A+H / ANOPTIQUE qui assure la conception et la maîtrise d'oeuvre de projets culturels en France et à l'étranger. Ingénieur de formation (ENSAM 1982), passé d'abord par la recherche technologique (CERN et THOMSON), puis chef de projet à la Cité des Sciences, il étend ses préoccupations à l'art, la culture, la politique, et leurs interactions avec les sciences. Depuis 1986, il développe une théorie originale de la représentation des (en) réseau(x) dite de la « perspective numérique » fondée sur des expériences concrètes, dont celle du « générateur poïétique » développée avec l'ENST Paris à partir de 1994, lauréate du prix ARSLAB art & science en 1995. Ses activités se partagent entre conseil stratégique, activisme sur Internet, écriture et conférences, et le développement de projets artistiques et culturels à travers son laboratoire. www.km2.net / www.anoptique.com / www.perspective-numerique.net
Francis Jutand, Directeur scientifique du GET
Formé à l'École Normale Supérieur de Cachan (agrégation en physique appliquée en 1974 et DEA d'optique en 1975), Francis Jutand débute sa carrière à Télécom Paris en 1975 où il fonde, en 1985, le département Électronique. Il rejoint l'ENST Bretagne en 1992 pour en prendre la direction jusqu'en 1996. Il devient ensuite directeur scientifique de France Télécom R&D et contribue à la création de réseaux de recherche sur les technologies clefs (multimédia, technologies de l'intelligence et de la connaissance, réseaux, logiciels, sécurité, mobiles, terminaux…). En 1997, il fait partie des membres fondateurs du Réseau National de la Recherche en Télécommunications (RNRT). En 2000, il crée le département STIC (Sciences et technologies de l'information et de la communication) au sein du CNRS. A partir de 2004, il travaille au développement de plusieurs pôles de compétitivité dont particulièrement le pôle Image, Multimédia et Vie Numérique/Cap Digital. En 2005, il rejoint, en tant que directeur scientifique adjoint, la direction scientifique du GET (Groupe des Écoles des Télécommunications, dont font partie Télécom Paris, l'ENST Bretagne et l’INT). Il devient, le 3 avril 2006, directeur scientifique du Groupe, qui est aujourd’hui partenaire de premier rang dans quatre pôles STIC mondiaux et fait partie, depuis mars 2006, des 20 premiers groupements de laboratoires de recherche publique labellisés Carnot. Francis Jutand est également coordinateur scientifique et vice-président du pôle Cap Digital.
Serge Abiteboul, Directeur de recherche
Serge Abiteboul est Directeur de Recherche à l'INRIA où il dirige une équipe sur la gestion de données et de connaissances distribuées. Il a obtenu un diplôme d'ingénieur de l'ENST (1978), un Ph.D. en informatique de USC (1982) et une thèse d'état de Paris XI (1986). Il a été professeur à Stanford et, à temps partiel, à Polytechnique. Il est le co-auteur de plusieurs livres, dont un est la référence en théorie des bases de données. Il a reçu l'ACM SIGMOD Innovation Award (1998) et le Prix d'Informatique de l'Académie des Sciences (EADS 2007). Il a été président du comité de programmes de conférences prestigieuses, notamment ACM PODS-1995, ICALP-1994, ECDL-99, et sera celui de VLDB-09. Il a co-fondé une start-up, Xyleme (2000).
François Bourdoncle, Co-fondateur
François Bourdoncle, un des pionniers du marché du logiciel de recherche, co-fonde Exalead en 2000 pour révolutionner le monde de la recherche en entreprise en proposant une plate-forme technologique qui centralise toutes les données de l'entreprise, et permet aux utilisateurs un accès unifié à toutes ces informations. Chercheur à l'origine, François Bourdoncle est un vrai passionné de technologie : on lui doit le développement de plusieurs langages de programmation, Jazz, un langage dédié aux circuits électroniques et surtout Exascript, un langage orienté-objet XML basé sur la technologie de langage Java. C'est au laboratoire de recherche de Digital à Paris puis à Palo Alto, en Californie, où il travaille pour le LiveTopics Project d'Alta Vista, qu'il rencontre Patrice Bertin avec qui il fonde Exalead. X-Mines, Docteur en Informatique, Titulaire d'un Master en Sciences Informatiques de l'Ecole Normale Supérieure, Francois Bourdoncle est un ancien professeur associé à l'Ecole Polytechnique et à l'Ecole Normale Supérieure. Il est également l'auteur de plusieurs études techniques et publications, et intervient régulièrement dans des conférences spécialisées. www.exalead.com
Individuation, contrôle et réseaux sociaux
Alain Mille, LIRIS/CNRS
Après une première carrière comme ingénieur et chef de projet informatique - 1975-1982, Hospices Civils de Lyon, Alain Mille a été chargé de créer un département informatique dans une école d'ingénieurs privée - 1983-1999, CPE-Lyon. Ce poste lui a permis de créer une première équipe de recherche sur les thèmes de l'aide à la décision et de l'assistance aux tâches complexes dépendantes fortement de l'environnement. Depuis 2000, Alain Mille est Professeur des Universités à l'Université Claude Bernard Lyon1, responsable de l'équipe de recherche SILEX - Supporting Interactions and Learning by Experience - , il s'intéresse particulièrement à l'expérience d'utilisation d'environnements informatiques pour assister des tâches peu ou pas modélisées à l'avance. Cette thématique de recherche impose de travailler dans le domaine des sciences cognitives du point de vue d'une intelligence artificielle dynamique et couplée à l'utilisateur et son environnement. Les principaux domaines d'application concernent l'apprentissage humain, l'assistance à l'utilisation d'environnements informatiques complexes, la gestion des connaissances dans un collectif, la résolution de problème par réutilisation de l'expérience, la recherche d'information "en situation", etc. Une théorie de la trace informatique représentant les interactions hommes-machine a été élaborée pour fournir le support commun au principe de co-construction, capitalisation, gestion, réutilisation et partage de l'expérience. De nombreux projets industriels et pluridisciplinaires démontrent l'importance d'une approche considérant le « couple utilisateur-environnement informatique » comme un système « apprenant » à partir de l'expérience commune. Le secteur de l'apprentissage humain, en particulier à distance et collaboratif, est spécifiquement pris en compte dans la recherche et une structure pluridisciplinaire de recherche - PPF « Apprendre avec les TICE ? » - a été montée par Alain Mille pour mobiliser des équipes de sciences de l'éducation, de psychologie, de linguistique, d'informatique et d'information-communication autour de ce thème. Alain Mille est également directeur de l'école doctorale ED IIS - Informatique et Information pour la Société - et membre du comité de direction du LIRIS avec la responsabilité des relations avec les entreprises.
Jean-Louis Fréchin, Fondateur de NoDesign, agence de design numérique.

Jean-Louis Frechin est architecte DPLG et diplômé de l'ENSCI. En 1989, il quitte la France pour rejoindre un institut de recherche informatique à Lisbonne, L'INESC. Il y découvre  la fertilité du rapprochement du design et de l'informatique. De retour à Paris, il fonde,  une agence de design global qui réalise de nombreux projets industriels et culturels. En 1995, il rejoint, l'éditeur Montparnasse Multimédia pour participer à l'aventure de la création de titres multimédia de qualité. Son travail, toujours sous-tendu par l'idée de design global, s'attache à créer un rapport indissociable entre contenu, design interactif et technologie - créer du sens- . La pluplart de ses réalisations sont primées : la collection « Les petits débrouillards », « La Terre merveilleuse », « L’histoire de l’aviation », « Le Louvre, Collections et palais », « La résistance », etc. 

En 2001, il crée NoDesign, agence de design numérique ou il collabore avec Uros Petrevski. L'agence est spécialisée dans la création, l'innovation et les réflexions stratégiques dans les domaines des technologies de l'information et de la communication, des interactions et des usages sur des projets numériques,  industriels ou culturels. Pionnier reconnu du nouveau design, il conseil également des entreprises sur des questions nouvelles : innovation par le design, innovations non technologiques, stratégie d'innovation. 

Fondateur et directeur de projet de l’Atelier de design numérique de l’ENSCI/les Ateliers à Paris en 1998, il transmet son expérience, sa culture, sa curiosité insatiable et la culture du "projet".

Pour Jean louis Frechin, le design est un état, un prisme de compréhension et de questionnement du Monde. Nouveaux enjeux, nouveaux territoires, comment élargir  le « champ des possibles » et du "désirable" , sans y perdre les valeurs premières du design ; celles du sens, de la simplicité et de l'émotion : celles d'une aventure humaine avant tout.

Collection du Musée D'art et d'industrie de Saint Etienne

Collection du Centre Georges Pompidou

Carte Blanche du Via 2008:http://lab.nodesign.net/interfaces

http://www.nodesign.net - http://www.nodesign.net/blog

Pierre-Antoine Chardel,
Pierre-Antoine Chardel est philosophe de formation, docteur de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et de l’Université Laval (Canada), maître de conférences et responsable du groupe de recherche « Ethique, Technologies, Organisations, Société » à l’Institut TELECOM et chercheur associé au Centre de recherche « Sens, Ethique, Société » (CERSES), UMR 8137 CNRS-Université de Paris Descartes. Il est en outre responsable de séminaire au Collège International de Philosophie et directeur de collection aux Editions du Sandre. En 2007-2008, il a coordonné avec la sociologue Dana Diminescu un séminaire intitulé « Sécurité, territoires, mondialisation. Interroger l’acceptabilité des technologies de contrôle » à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH, Paris). Ses recherches se situent au carrefour de la phénoménologie, de la philosophie sociale et de l’éthique. A partir de ces champs, il se concentre plus particulièrement sur la redéfinition de l’être-ensemble dans la société de l’information et de la communication et sur l’imaginaire social qui accompagne le développement des nouvelles technologies. Il est l’auteur de nombreux articles parus en France et à l’étranger et a publié deux ouvrages collectifs : Gilles Deleuze, Félix Guattari et le politique (en collaboration avec Manola Antonioli et Hervé Regnauld), Editions du Sandre, Paris, 2006 Phénoménologie et technique(s) (en collaboration avec Pierre-Etienne Schmit), Editions du cercle herméneutique - diffusion Vrin, 2008
Marc Davis,
Marc Davis est responsable scientifique chez Yahoo ! Connected life et directeur d’ESP (Early Stage Products). Son travail consiste en la création de technologies et d’applications permettant à des millions d’internautes journaliers de devenir des producteurs de contenus. Sa recherche porte sur la théorie, le conception et le développement de systèmes sociaux techniques qui accroissent des meta données contextuelles et la puissance de la communauté pour permettre aux personnes à travers le monde de produire, décrire, partager et re-mélanger des médias, et pour être connectés grâce à de nouveaux moyens techniques. En tant que responsable scientifique de la Connected life et directeur d’ESP, Marc et son équipe inventent et aident à concevoir les portables, médias et plateformes de demain. Entre 2002 et 2006, Marc Davis fut professeur assistant à l’Université de Berkeley où il dirigea le « Garage Cinema Research » et co-fonda le Centre des nouveaux médias de l’Université de Berkeley. En 2005, Marc Davis travailla avec Yahoo Inc et l’université de Berkeley à la création de Yahoo ! Research Berkeley en tant que responsable du Parrainage. Chez « Garage Cinema Research » et Yahoo! Research Berkeley, Marc Davis et ses équipes ont développé et déployé des prototypes de nouvelle génération pour des mobiles pouvant annoter, partager, et passer en revue des médias, ainsi que des technologies pour la capture vidéo annotant et remixant. En 2006, Marc Davis a rejoint Yahoo ! afin d’apporter sa vision sur les médias sociaux et les mobiles à des millions de personnes à travers le monde. Marc Davis a obtenu son B.A (diplôme universitaire de lettres) au collège des Lettres de l’Université de Wesleyan, son M.A (diplôme supérieur de lettres) en Théorie et Philosophie littéraires à l’Université de Konstanz en Allemagne et son Doctorat « Arts et Sciences dans les Médias » au Laboratoire des Medias du MIT (Institut de Technologie du Massachusetts). http://www.socialmediaguru.com
Réseaux sociaux et politique (eDémocratie et débat public)
Pekka Himanen,
Pekka Himanen est l’un des chercheurs mondiaux de l’âge de l’information le plus connu dont les travaux sur le sujet ont été publiés et traduits en vingt langues différentes de l’Asie à l’Amérique. Après l’obtention de son doctorat en philosophie à 20 ans faisant de lui le plus jeune doctorant finlandais (Université d’Helsinki, 1994), Himanen s’installe d’abord en Angleterre pour ses recherches puis en Californie (Université de Stanford et Université de Californie, Berkeley). La publication la plus connue de ses recherches est l’ouvrage The Hacker Ethic (Random House, 2001). Himanen a également co-écrit avec le professeur Manuel Castells l’ouvrage influent La société d’information et l’Etat providence (Oxford Université Press, 2002), qui fut commenté à travers le monde dans les universités les plus reconnues et dans les cercles politiques. Le travail de Pekka Himanen a été récompensé par plusieurs prix, tel que le prix 2003 du leader mondial de demain décerné par le Forum économique mondial, et sélectionné en tant que l’un des 200 jeunes leaders mondiaux en 2005. Pekka Himanen a également joué un rôle important dans l’établissement de la politique de la société de l’information. Il a conseillé les grandes organisations et groupes mondiaux. En Finlande, Pekka Himanen a récemment terminé la préparation d’une nouvelle stratégie de la société d’information pour le Comité du futur du Parlement Finlandais et d’une stratégie d’innovation nationale pour l’Industrie Technologique finlandaise. Le travail non conventionnel de Himanen a eu un large impact culturel. Cet impact inclus aussi les médias : Himanen est souvent interviewé par les médias du monde entier, de la télévision aux quotidiens. Il est aussi l’auteur de nombreux articles du Time Magazine au Financial Time, ainsi que présentateur de sa propre émission « The Net Academy » (The finnish TV1). La personnalité publique de Pekka Himanen a même inspiré une pièce de théâtre provocatrice « Cherished Disappointments in Love », qui fut jouée en Finlande et à Londres (Soho Theatre). Cette pièce satirique de Jouko Turkka raconte l’histoire d’une vieille rédactrice en chef d’un magazine qui tombe amoureuse d’un jeune philosophe « Himanen » ! Aujourd’hui, Pekka Himanen partage son temps entre, enseignent à l’Université de l’Art et du Design de Helsinki, professeur invité à Oxford et scientifique à l’Institut de l’information Technologique d’Helsinki (un centre de recherche de l’Université de Technologie d’Helsinki et de l’Université d’Helsinki).
Ken Wark,
McKenzie Wark est l’auteur d’un livre publié en France sous le titre Un manifeste hacker(Criticalsecret, 2006). Ses autres livres incluent La Théorie du jeu (Harvard University Press) et 50 Years of Recuperation of the Situationist International (Princeton Architectural Press). http://www.ludiccrew.org
Alexander Galloway,
Alexander R. Galloway est écrivain et programmeur. Il est l’un des membres fondateurs du logiciel collectif RSG et créateur des projets Carnivore et Kriegspiel. Récemment, le New York Times a décrit son travail comme « conceptuellement pointu, visuellement obligeant et complètement adapté au moment politique ». Galloway est l’auteur de Protocole : Comment le contrôle existe après la décentralisation (MIT, 2004), Le Jeu : Essais sur la culture algorithmique (Minnesota, 2006) et d’un nouveau livre co-écrit avec Eugène Thacker intitulé L’Exploit : Une Théorie des Réseaux (Minnesota, 2007). Il enseigne à l’Université de New York. http://cultureandcommunication.org/galloway/ http://r-s-g.org/
Scott Lash,
Scott Lash est professeur de sociologie et des études culturelles à l’Université de Londres. Il commence sa carrière en tant que conférencier à l’Université de Lancaster où il est devenu Professeur en 1993. Il part à Londres en 1998 pour accéder à son poste actuel de Directeur du Centre d’Études Culturelles et Professeur de Sociologie à l’Université d’Orfèvres. Le travail de Scott Lash a été particulièrement influent en sociologie et des études culturelles. Son travail avec le coauteur John Urry a marqué le paysage culturel. Quelques publications : Global Culture Industry: The Mediation of Things, Cambridge: Polity (2005), co-écrit avec C. Lury Another Modernity, A Different Rationality, Oxford: Blackwell, 1999 Spaces of Culture: City, Nation, World, London: Sage 1999, co-écrit avec M. Featherstone Time and Value, Oxford: Blackwell, 1998, co-écrit avec Andrew Quick and Richard Roberts Risk, Environment and Modernity, London: Sage (TCS), 1996, co-écrit avec B. Szerszynski and B. Wynne