Charles Lenay
Charles Lenay, Directeur de l'unité COSTECH. Co-responsable du mineur de sciences et technologies cognitives : PHITECO (Philosophie, Technologie Cognition).

Au cours d'un parcours assez libre dans les cursus universitaires (licence de biologie, de philosophie et de logique, maîtrise de biochimie, doctorat de philosophie et histoire des sciences, habilitation à diriger les recherches en philosophie et en histoire des sciences), il s’est intéressé plus particulièrement aux technologies cognitives : comment les outils participent à l'activité cognitive au sens large : raisonnement, mémorisation, perception, interaction... Après avoir été vice-président de l'Association Française pour la Recherche Cognitive (ARCO), et avoir animé diverses équipes d'enseignement et de recherche (Atelier Cognition de l'ignorance ; Division Philosophie, Technologie, Cognition (PHITECO) ; Séminaire de sciences Cognitives ; Epistémologie et modélisation des Systèmes Multi-Agents), il a créé le Groupe Suppléance Perceptive (1995) de l'Unité de recherche COSTECH dont il est maintenant directeur.

Propos : L'articulation entre recherche fondamentale et recherche/développement (intervention industrielle ou dans la société civile) est une question centrale pour l'équipe interdisciplinaire de sciences humaines et sociales que je dirige. En effet, l'équipe COSTECH (Connaissances, Organisations et Systèmes Techniques) a pour vocation de comprendre les liens constitutifs qui se tissent entre homme et technique ; entre d'une part, histoire, culture, économie, organisations humaines, et d'autre part, les outils et systèmes techniques dont disposent les hommes, qu'ils reçoivent et qu'ils produisent. Ainsi, notre façon originale de résoudre la tension entre problématique scientifique et intervention technique, est de considérer le fait technique comme objet même de la recherche fondamentale en sciences humaines (psychologie, sociologie, sciences de l'info com et économie) : comment, depuis le processus d'hominisation, les différenciations ethnologiques, l'histoire des sciences et des techniques, la dynamique des organisations, l'économie de l'innovation et des connaissances, toute activité humaine est indissociable de ses supports techniques (suivant Bernard Stiegler, nous parlons souvent de « la technologie comme anthropologiquement constitutive »). A partir de l'exemple de dispositifs concrets, des systèmes de suppléance perceptive destinés aux personnes aveugles, je montrerai comment la question de la perception prothétisée peut être à la fois, objet de recherche fondamentale et déboucher sur une dynamique d'innovation d'usages et de technologies : le téléphone tactile que nous développons avec France Telecom.