Design et innovation ascendante

La première édition des Entretiens du nouveau monde industriel, qui s’est déroulée les 27 et 28 novembre 2007, avait pour objectif d’engager une réflexion sur les enjeux de l’innovation dite ascendante, et liée aux technologies collaboratives, du point de vue du design et de la conception industrielle, et à l’époque où les technologies numériques se généralisent comme les technologies cognitives et comme les technologies culturelles, et au moment où émergent les technologies transformationnelles (biotechnologies et nanotechnologies).

Les mutations qui en résultent, et les contradictions qu’elles génèrent, imposent en effet de repenser les pratiques du design et de la recherche & développement, et leurs implications du point de vue social et économique. Le modèle industriel forgé au XIXème siècle, qui a conduit après la seconde guerre mondiale à la planétarisation de la société de consommation, semble de nos jours à la fois rencontrer ses limites et ouvrir de nouvelles possibilités – en renversant l’opposition producteur/consommateur (en particulier dans le domaine du numérique), et en conférant à la matière aussi bien qu’au vivant une plasticité jusqu’alors inconcevable.

À travers un processus non linéaire où la séquence recherche / développement / design / marketing / distribution semble devenir caduque et requérir de nouvelles formes d’organisation de la société, comme le déploiement d’internet et les médias participatifs le rendent chaque jour plus manifeste, et où les possibilités de manipulation de la matière, du vivant et de l’information paraissent devenir illimitées, le design entendu en un sens élargi devient une activité de « sculpture » du social qui lui ouvre et lui assigne des perspectives et des responsabilités sans précédent – aussi exaltantes qu’écrasantes.

Une nouvelle relation entre conception industrielle et pratiques quotidiennes de l’existence est en cours de définition. Veiller sur cette nouveauté et tenter d’en prendre collectivement soin seront les thématiques consacrées à ces entretiens qui ambitionnent de renouveler la relation entre savoir et industrie en particulier pour esquisser les contours de nouvelles industries culturelles numériques.