Les icônes regarder les contributions placées en face de chaque intervenant vous permettent de visualiser l'ensemble des projets d'annotations créés par des contributeurs sur l'enregistrement de l'intervention correspondante

Les icônes regarder les contributions placées au niveau des titres de journées et de sessions vous permettent de visualiser l'ensemble des projets d'annotations créés par des contributeurs portant sur l'ensemble des interventions respectivement de la journée ou de la session correspondantes.

L'icône regarder les contributions placée en face de "Edition 200X" vous permet de visualiser l'ensemble des projets d'annotations créés par des contributeurs portant sur l'ensemble des interventions de l'édition annuelle.

Edition 2008 : Culture politique et ingénierie des réseaux sociaux Regarder des contributions

3 octobre 2008 Regarder des contributions
09h30-09h45 | Allocution d'ouverture Regarder des contributions
Contenu
09h45-11h30 | Psychologie et réseaux sociaux Regarder des contributions
Contexte

On sait depuis la théorie psychanalytique que le désir est intrinsèquement et originellement inscrit dans un nœud de relations sociales. On sait aussi qu’au cours des dernières décennies les réseaux sociaux traditionnels ont été largement bousculés, « déterritorialisés » comme le disaient Gilles Deleuze et Félix Guattari, voire purement court-circuités, par les réseaux technologiques apparus dans le monde industriel. Or, avec la numérisation, il semble que les nouvelles formes de réseaux technologiques, dits eux-mêmes « sociaux », ouvrent à nouveaux frais la question de l’investissement du désir, de la relation sociale et de l’attention au sens large. En même temps, ils rendent possibles des formes pathologiques de tels investissements, par exemple de nature addictive, ou transforment radicalement les conditions de l’attention, par exemple comme ce que Katherine Hayles nomme l’hyper attention.

Contenu
  • Bernard Stiegler, Directeur, IRI / Centre Pompidouexternal, Désir et relation sociale à l'époque du social engineering Regarder des contributions
  • Antoine Masson, Professeur, Centre Chapelle-aux-Champs à Bruxelles, Universités de Louvain et Namurexternal, Médiation technologique et modalités de désir et de transfert à l'adolescence. Regarder des contributions
  • Elizabeth Rossé, Psychologue, Hôpital Marmottanexternal, Désir et addiction dans la médiation technologique Regarder des contributions
11h30-13h30 | Anthropologie et réseaux sociaux Regarder des contributions
Contexte

Ce que l’on appelle les réseaux sociaux dans le monde Internet repose sur la formalisation plus ou moins poussée et explicite des relations sociales par les technologies numériques. Les protocoles de participation conduisent en particulier les membres de ces réseaux à s’auto-décrire, à s’auto-indexer, et à produire des schèmes de relations sociales sous forme de métadonnées générées par eux-mêmes – consciemment ou inconsciemment. Le réseau est dit social d’abord pour cette raison. Et c’est ce qui conduit à une sorte d’automatisation des relations, fondée sur une opération d’explicitation de ces relations, et qui a pour conséquence de les transformer en profondeur – au point que l’on peut se demander dans quelle mesure une nouvelle forme de « conscience de réseau », c’est-à-dire d’appartenance, est susceptible d’y apparaître comme nouvelle forme de conscience critique, et comment tout au contraire une dissolution de la relation proprement sociale peut tout aussi bien en résulter. On examinera ainsi la double dimension potentiellement dynamique aussi bien que potentiellement réifiante des réseaux sociaux sur le plan socio-anthropologique.

Contenu
  • Dominique Pasquier, Sociologue, Directrice de recherche au CNRSexternal, La nouvelle génération à la recherche du lien social. Regarder des contributions
  • Dana Diminescu , Enseignant-chercheur à Telecom ParisTech, directrice scientifique du programme TIC Migrations FMSH Parisexternal, L’appropriation des réseaux sociaux par les populations migrantes. Regarder des contributions
  • Questions-réponses Regarder des contributions
  • Richard Harper, Principal researcher, Microsoft Research, Cambridgeexternal, A sense of body : how digital preseence is shifting the relationship between bodyliness and human identity ? Regarder des contributions
15h00-16h00 | Economie et réseaux sociaux Regarder des contributions
Contexte

Les réseaux sociaux numériques se développent dans un contexte où le modèle classique de l’économie industrielle reposant sur une organisation « top down » est diversement mis en question tandis que se développe un marketing participatif aussi tâtonnant que vibrionnant – le tout sur un fond de crise financière mondiale d’une ampleur telle que certains économistes, comme André Orléan, explorent désormais l’hypothèse d’un commerce (c’est-à-dire d’une organisation des échanges) qui ne serait plus fondé sur les relations uniquement déterminées par les marchés. C’est aussi dans ce contexte que l’on examine désormais la nécessité de définir de nouveaux types d’indicateurs économiques qualitatifs et relationnels. Enfin, s’il est vrai que le « branding » aura dominé les dernières décennies en organisant ou en surdéterminant les relations sociales, on peut se demander si les réseaux sociaux n’ouvrent pas la possibilité de dépasser le modèle économique fondé sur la marque et si les technologies du social ne deviennent pas le savoir économique, managérial et politique stratégique.

Contenu
  • Michel Gensollen, Chercheur associé au département Sciences Economiques et Sociales de Telecom ParisTechexternal, Economie des communautés médiatisées. Regarder des contributions
  • Bernard Benhamou, Délégué aux Usages de l'Internet, Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Rechercheexternal Regarder des contributions
16h30-18h30 | Enjeux technologiques et industriels des réseaux sociaux et du Web collaboratif Regarder des contributions
Contexte

Cette session organisée en collaboration avec l’INRIA et l’Institut TELECOM fera un état de l’art des technologies mises en œuvre et dessinera les perspectives de développements à court et moyen terme dans le domaine des industries de la relation sociale en quoi consistent les réseaux sociaux numériques. Elle traitera tout aussi bien des questions d’infrastructures de réseaux qui conditionnent l’émergence de ces technologies sociales, et en particulier du point de vue de l’avenir du protocole Internet en cours de discussion dans le cadre de l’IPV6. Enfin, elle restituera ces réseaux dans le contexte de l’actuelle activité économique et entrepreneuriale fondée sur ces technologies également appelées relationnelles.

Contenu
  • Olivier Auber, Directeur, Laboratoire Culturel A+H/ANOPTIQUEexternal, Enjeux de l’IPV6. Regarder des contributions
  • Francis Jutand, Directeur scientifique, Institut TELECOMexternal, Les technologies de la collaboration. Regarder des contributions
  • Serge Abiteboul, Directeur de recherche, INRIA Saclay – Ile-de-Franceexternal, La gestion des données dans les réseaux sociaux. Regarder des contributions
  • François Bourdoncle, Co-fondateur, Exaleadexternal, Le modèle de développement d’Exalead dans le contexte des réseaux sociaux. Regarder des contributions
19h00-20h30 | Carrefour des possibles proposé par la FING
Contexte

Découverte d'usages numériques en relation avec les réseaux sociaux et les technologies collaboratives, suivi de la rencontre avec les porteurs de ces projets.

20h30-22h00 | Cocktail
4 octobre 2008 Regarder des contributions
10h00-13h00 | Individuation, contrôle et réseaux sociaux Regarder des contributions
Contexte

La conception des technologies sociales et relationnelles est elle-même de plus en plus structurellement sociale et relationnelle. Le feed-back des pratiques sur la spécification en constitue désormais un élément dynamique majeur. Pour autant, la question reste intacte de concevoir des formats de données et des fonctionnalités primitives qui permettent un tel feed-back - et celui-ci peut être mis au service aussi bien d’une individuation psychique et collective assistée par ordinateur que d’une désindividuation et d’un contrôle occulte par les technologies de traçabilité innombrables qui se développent entre cookies, objets communicants, géolocalisation, etc. Ici, R&D, design et marketing distribués sont à repenser comme éléments clés du savoir émergent que forment les technologies stratégiques du social engineering.

Contenu
  • Alain Mille, Professeur des Universités, Directeur de recherche (Equipe Silex, Laboratoire Liris UMR 5205 CNRSexternal, Le concept de M-traces (ou traces modélisées). Regarder des contributions
  • Jean-Louis Fréchin, Designer-Architecte NoDesign.net - Directeur de Atelier de Design Numérique ENSCI-Les Ateliersexternal, « Vous êtes ici » : Cartographie numérique et mobilité. Regarder des contributions
  • Pierre-Antoine Chardel, Maître de conférences, Responsable du groupe de recherche « Ethique, Technologies, Organisations, Société », Institut TELECOMexternal, Nomadisme, contrôle et perte d'individuation. Regarder des contributions
  • Marc Davis, Chief Scientist and Director of ESP, Yahoo! Connected Life, Yahoo! Inc.external Regarder des contributions
14h30-17h30 | Réseaux sociaux et politique (eDémocratie et débat public) Regarder des contributions
Contexte

Le déploiement des réseaux sociaux s’opère sur le fond plus vaste d’une généralisation de la société réticulaire, où la démarche hiérarchique traditionnelle est profondément mise en cause, et où des formes d’organisation sociale aussi bien que de pouvoir politique, économique, militaire et policier très inédites apparaissent – telles que la biométrie vient s’interfacer avec les technologies sociales numériques. Dans ce contexte, de nombreux modèles socio-politiques sont projetés et généralisés à partir de situations spécifiques qui se sont concrétisées historiquement en particulier avec les pratiques des hackers et le logiciel libre. Dans quelle mesure ces données déjà anciennes permettent-elles de penser le devenir des technologies sociales et relationnelles qui se forment avec les réseaux sociaux numériques ? Quelles perspectives géopolitiques planétaires peuvent s’y dessiner ?

Contenu
  • Pekka Himanen, Philosopheexternal, Ethique hacker et réseaux. Regarder des contributions
  • Ken Wark, Chair of Culture and Media Studies at Eugene Lang College and Associate Professor at the New School for Social Research in New York Cityexternal, Les technologies relationnelles comme technologies politiques. Regarder des contributions
  • Alexander Galloway, Associate Professor of Media, Culture, and Communication (New York University)external, Géopolitique des réseaux sociaux. Regarder des contributions
  • Scott Lash, Director, Centre for Cultural Studies, Goldsmiths, University of Londonexternal, Networks and democracy in China. Regarder des contributions
17h30-18h00 | Table ronde conclusive et dialogue avec la salle. Regarder des contributions
18h00 | Fin des Entretiens